Royal Canin Giant Adult

Salut les PAWtos !
Voici une nouvelle Composition Décomposée qui m’a été demandée, j’espère qu’elle vous fera réagir !

Source : Internet

Ingrédients :
protéines de volaille (déshydratées), maïs, farine de maïs, graisses animales, blé, riz, protéines animales hydrolysées, gluten de maïs, pulpe de betterave déshydratée, isolat de protéines végétales*, huile de poisson, minéraux, lignocellulose, huile de soja, levures et composants de levures, huile de bourrache, hydrolysat de crustacés (source de glucosamine), farine de roses d’Inde (source de lutéine), hydrolysat de cartilage (source de chondroïtine).
* L.I.P. : protéines sélectionnées pour leur très haute digestibilité.

Qu’est-ce que c’est ?

Protéines de volaille (déshydratées) : À priori il n’y a qu’un type de volaille par lot de fabrication, mais d’un lot à un autre cela peut être du poulet, de la dinde, du canard, de l’oie et pourquoi pas de l’autruche !
Le fait d’être déshydratée est que le poids ou % sera inchangé. Frais il y a une perte avec l’extrudeuse (de l’eau). 
Mais le soucis c’est que derrière le mot protéines, nous pensons souvent viande, qui aurait sa dénomination telle quelle si c’était principalement le cas. 
Le termes protéines, regroupent les muscles, les ligaments, les tendons, les nerfs et les tissus conjonctifs. Il y a sûrement plus de becs, pattes, plumes que de belles viandes. 

Maïs : Céréale atypique, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Farine de maïs : La farine est faite à partir de la mouture de la totalité de la graine (amidon + germe + enveloppe du grain). C’est donc encore du maïs, d’un point de vue marketing, le fait de séparer maïs et farine de maïs évite de placer cet ingrédient au premier plan. Par ailleurs, c’est l’ingrédient principalement présent dans cette composition.

Graisses animales : C’est clairement du déchet agroalimentaire, ce n’est pas valorisé dans l’alimentation humaine, cependant c’est la source d’énergie chez le chien. C’est du bon recyclage, cela peut inclure la graisse d’oie, la suie de porc, mais également les graisses de poulet, bœuf ou d’autres non valorisées.
Le fait que la source est vague signifie qu’elle n’est pas identique dans chaque lot fabriqué. 

Blé : Céréales, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Riz : Céréales, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Protéines animales hydrolysées : Les protéines, c’est tout (et n’importe quoi) venant d’un animal. 
Le termes protéines, regroupent les muscles, les ligaments, les tendons, les nerfs et les tissus conjonctifs. Il y a sûrement plus de becs, pattes, plumes que de belles viandes. 
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Gluten de maïs : Encore du maïs, qui était déjà en tête de la liste des ingrédients, enfin un sous-produit du maïs plus précisément. Derrière ce terme, il ne résulte que les protéines du maïs (protéine végétale // carnivore ?) qui sont une très bonne source alimentaire pour le bétail, principalement les vaches laitières !
Ah oui, c’est aussi un bon herbicide biologique !

Pulpe de betterave déshydratée : Déchet de l’agroalimentaire des sucreries, très valorisée dans l’alimentation des animaux, prévue pour gonfler dans l’estomac.

Isolat de protéines végétales : En résumé c’est de la prot’ vegane. La source n’est pas précisée, il en existe plusieurs, plus ou moins saines. Je vais vous laisser lire cette page de Julien Venesson qui détaille bien les différentes, inoffensives ou dangereuses. Gardez en tête que ce ne sont sûrement pas les plus onéreuses qui sont utilisées.

Huile de poisson : Différent de un lot à l’autre sinon il serait mentionné. L’huile de poisson est bonne pour les chiens, mais certains poissons sont très chargés en métaux lourds.

Minéraux : Il faut les ajouter artificiellement car ils sont détruits lors de l’extrudation.

Lignocellulose : Composée de lignine, d’hémicellulose et de cellulose en proportions variables. Elle est très présente dans la paroi des cellules des végétaux, du bois et de la paille.
L’hémicellulose est un hétéropolysaccharide, un composant essentiel des parois végétales et du bois.
La cellulose est un glucide constitué d’une chaîne linéaire de molécules de D-glucose (entre 15 et 15 000). Ce biopolymère est le principal constituant de la paroi des cellules végétales, y compris du bois (lequel est caractérisé par ailleurs par une forte teneur en lignine).
Seuls les animaux herbivores digèrent la cellulose grâce à des enzymes fournis par des bactéries de leur flore intestinale et l’évacues en méthane. 
Peut être pourrons-nous transformer le fondement de nos chiens en usine de biocarburant ?

Huile de soja : Cette huile fréquemment utilisée pour la friture de restauration rapide ou dans la préparation des aliments transformés est déjà documentée comme facteur de risque accru d’obésité et de diabète. Cette étude de l’Université de Californie – Riverside montre que sa consommation régulière entraîne aussi des changements génétiques dans le cerveau et pourrait ainsi affecter le risque de troubles neurologiques comme l’autisme, la maladie d’Alzheimer, l’anxiété et la dépression. Des conclusions étayées dans la revue Endocrinology, avec des implications personnelles, l’importance du choix des acides gras, dans le régime alimentaire de base et considérables pour la santé publique. Utilisée comme huile de base du régime alimentaire, soit consommée régulièrement, elle est associée à une prise de poids accrue et au risque de diabète de type 2.
Source: Endocrinology 8 January 2020 DOI: 10.1210/endocr/bqz044
 Dysregulation of Hypothalamic Gene Expression and the Oxytocinergic System by Soybean Oil Diets in Male Mice

Levures et composants de levures : Une levure est un champignon unicellulaire apte à provoquer la fermentation des matières organiques animales ou végétales.
Alors de quoi ? Je pense que si cela était de la levure de bière, il n’y aurait pas de S, et elle serait clairement identifiée.

Huile de bourrache : Apporte des Omega 3, ils sont anti-inflammatoires, agissent en prévention des maladies cardio-vasculaires et auto-immunes, veillent au bon développement du cerveau et de la rétine.
Cependant c’est une huile qui ne supporte pas bien la cuisson (comme la majorité des végétales), n’oubliez pas le fonctionnement de l’extrudeuse.

Hydrolysat de crustacés (source de glucosamine) : Ajout nécessaire pour le bon fonctionnement et préservation des articulations; principalement ajouté chez les grandes races, cela est aussi bénéfique pour les autres.
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Farine de roses d’Inde (source de lutéine) : La lutéine est un des 600 caroténoïdes connus. On la trouve dans le jaune d’œuf, les légumes jaunes (maïs, carotte) ou à feuilles vertes (épinards, oseille) et des fleurs comestibles telles que l’œillet d’Inde (Tagetes). Son utilisation est principalement préventive de la cataracte.

Hydrolysat de cartilage (source de chondroïtine) : Ajout nécessaire pour le bon fonctionnement et préservation des articulations; principalement ajouté chez les grandes races, cela est aussi bénéfique pour les autres.
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Que pensez-vous de cette composition ? La trouvez-vous adaptée à un carnivore domestique ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s