Ultra Premium Direct Original Sans Céréales

Salut les PAWtos !
Voici une nouvelle Composition Décomposée, j’espère qu’elle vous fera réagir !

Source : Google Images

Ingrédients : 

Volaille déshydratée (30%), graisse de poulet (13%), pois (12%), porc déshydraté (11%), poisson déshydraté (10%), fécule de pomme de terre (7%), tapioca (7%), cosse de caroube (2,5%), huile de saumon (1,5% dont 5% DHA), levure de bière (1,2%), œuf déshydraté (1,2%), pulpe de betterave (1%), graine de lin (1%), luzerne, chlorure de sodium, fructo et manno-oligosaccharides, sulfate de chondroïtine et glucosamine, ascophyllum nodosum, plantes (thym, fleur de camomille, fenouil, échinacée), lécithines.

Qu’est-ce que c’est ?

Volaille déshydratée (30%) : Une volaille est un oiseau domestique, appartenant généralement aux gallinacés ou aux palmipèdes, élevé pour sa chair, ses œufs, ses plumes. Dans les volailles nous retrouvons donc l’oie, la dinde, le canard, la poule, la caille, la pintade, le faisan ou encore le pigeon. J’aime ajouter l’autruche !
Donc voilà la source n’étant pas précisée, cela peut être variable d’un lot à un autre.
L’autre petit point à observer c’est qu’il n’est pas précisé « viande de volaille », toutes les parties sont alors regroupées dans ce terme : viandes ? plumes ? os ? viscères ? becs ? pattes ?
Le fait qu’elle soit déshydratée ne donne pas de perte; 30% c’est bien 30%.

Graisse de poulet (13%) : Le gras est un fournisseur d’énergie chez le chien, la source est identifiée.

Pois (12%) : Légumineuse, considéré comme un féculent par sa richesse en amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !
Les pois sont riches en protéines végétales (carnivore // prot végan ??)

 Porc déshydraté (11%) : La source est clairement identifiée, le fait qu’il soit déshydraté ne donne pas de perte de valeur. Cependant le porc c’est vaste; viande ? os ? viscère ? peau ? … Dites-vous toujours que si c’était la viande comme source, elle serait clairement identifiée comme une valeur sûre.

Poisson déshydraté (10%) : La source n’est pas clairement identifiée, cela peut donc varier d’un lot à un autre, il existe quand même environs 28000 espèces de poissons, tous ne sont pas de bonnes qualités. Le poisson, bien choisit, est une excellente source d’Omega 3 et de protéines. Le fait qu’il soit déshydraté ne donne pas de perte de valeur.

Fécule de pomme de terre (7%) : Additif alimentaire servant à épaissir et texturer une préparation. C’est l’autre nom de l’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Tapioca (7%) : Fécule produite à partir des racines du manioc. Riche en glucides et en fibres, il stimule le transit intestinal, il apporte du fer et lutte donc contre l’anémie. En cuisine, il est utilisé comme épaississant pour les soupes et les desserts.

Cosse de caroube (2,5%) : Fruit du caroubier, un arbre qui fait partie de la famille des légumineuses.
La pulpe jaune contenue dans les gousses est constituée de 40 % de sucres, de 35 % d’amidon, de 7 % de protéines. Les propriétés épaississantes de la pulpe sont liées à la présence d’un sucre appelé le galactomannane (= un polymère, c’est-a-dire un assemblage de sucres parfois utilisé pour remplacer l’amidon). Aide donc à donner une forme de croquette à la croquette.
Traditionnellement, la caroube est utilisée contre la diarrhée et le RGO (reflux gastro œsophagique).

Huile de saumon (1,5% dont 5% DHA) : le gras est un fournisseur d’énergie chez le chien, la source est identifiée. L’huile de saumon apporte EPA et DHA ainsi que des oméga 3.
Ce matin, j’ai lu cet article « Les chiens peuvent-ils manger du saumon ? 6 raisons d’éviter ce poisson. » Cela porte à réflexion.

Levure de bière (1,2%) : Stimule l’appétit, apporte des vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B5, B6 et B8).

Œuf déshydraté (1,2%) : Impossible de mettre sous une autre forme. 
Mais là se pose aussi la question de la provenance, je penche pour des poules qui n’ont jamais vu le jour ni senties l’herbe sous leurs pattes (autrement le plein air serait placardé).

Pulpe de betterave (1%) : Déchet de l’agroalimentaire des sucreries, très utilisé dans l’alimentation du bétail; prévue pour gonfler dans l’estomac. 

Graine de lin (1%) : Traite la constipation chronique, soulage les symptômes du syndrome de l’intestin irritable, mais parfois peut irriter d’avantage.

Luzerne : Plante vivace utilisée depuis des millénaires pour nourrir le bétail. Connue également sous le nom d’Alfafa, elle peut se consommer sous forme de graines germées. Elle contient de nombreux minéraux et oligoélements (calcium, fer, silice, cuivre, zinc, sélénium, magnésium, manganèse…), vitamines (A, B1, B2, B12, C,D , E, K), saponosides, isoflavones et chlorophylle.

Chlorure de sodium : Sel. L’Association of American Feed Control Officials (AAFCO) recommande que les aliments secs pour chiens contiennent au moins 0,3% de sodium.
Le problème c’est que la quantité n’est pas indiquée.

Fructo et manno-oligosaccharides : Soit les FOS; fibres fermentescibles, elles préviennent des diarrhées infectieuses.
Plus d’informations : https://www.facco.fr/fos/.
Et les MOS; glucides non digestibles par l’animal. Actions préventives de la diarrhée.
Plus d’informations : https://www.facco.fr/mos/.

Sulfate de chondroïtine et glucosamine : Ajout nécessaire pour le bon fonctionnement et préservation des articulations; principalement ajouté chez les grandes races, cela est aussi bénéfique pour les autres.
Autrement, cela se réalise facilement avec le bouillon d’os.

Ascophyllum nodosum : Algue (goémon noir) riche en iode, boostant le système immunitaire. Des récentes recherches montrent qu’elle lutterait contre l’obésité, mais aussi le diabète de type 2. Avec sa teneur en fucoïdane, le goémon noir inhibe l’alpha-amylase et l’alpha-glucosidase. Ces deux enzymes se chargent de véhiculer les glucides vers le sang, ce qui fait que cette substance active peut ainsi diminuer le taux de glycémie dans le sang.

Plantes (thym, fleur de camomille, fenouil, échinacée) :
• le thym apporte antioxydant, fer, vitamine K et C.
• la fleur de camomille combat efficacement les bactéries responsables des troubles digestifs tout en respectant la flore intestinale. Par ailleurs, elle contient des flavonoïdes qui ont une action anti-inflammatoire et antispasmodique. En cas d’acidité gastrique, la camomille viendra apaiser les intestins.
• le fenouil est riche en vitamine C et antioxydant, lutte contre l’aérophagie et les maux d’estomac.
• l’échinacée freine la prolifération des bactéries en stimulant le système immunitaire.

Lécithines : Ou E322, sert d’antioxydant et d’agent de texture.
Les lécithines sont naturelles. Elles appartiennent à la classe des phospholipides. Il ne s’agit pas d’une molécule mais d’un groupe de molécules dont la composition en acides gras varie. Les lécithines sont majoritairement extraites du soja. Leur emploi ne semble pas présenter de risque, sauf pour les sujets allergiques au soja. 

Que pensez-vous de cette composition ? La trouvez-vous adaptée à un carnivore domestique ?

Royal Canin Giant Adult

Salut les PAWtos !
Voici une nouvelle Composition Décomposée qui m’a été demandée, j’espère qu’elle vous fera réagir !

Source : Internet

Ingrédients :
protéines de volaille (déshydratées), maïs, farine de maïs, graisses animales, blé, riz, protéines animales hydrolysées, gluten de maïs, pulpe de betterave déshydratée, isolat de protéines végétales*, huile de poisson, minéraux, lignocellulose, huile de soja, levures et composants de levures, huile de bourrache, hydrolysat de crustacés (source de glucosamine), farine de roses d’Inde (source de lutéine), hydrolysat de cartilage (source de chondroïtine).
* L.I.P. : protéines sélectionnées pour leur très haute digestibilité.

Qu’est-ce que c’est ?

Protéines de volaille (déshydratées) : À priori il n’y a qu’un type de volaille par lot de fabrication, mais d’un lot à un autre cela peut être du poulet, de la dinde, du canard, de l’oie et pourquoi pas de l’autruche !
Le fait d’être déshydratée est que le poids ou % sera inchangé. Frais il y a une perte avec l’extrudeuse (de l’eau). 
Mais le soucis c’est que derrière le mot protéines, nous pensons souvent viande, qui aurait sa dénomination telle quelle si c’était principalement le cas. 
Le termes protéines, regroupent les muscles, les ligaments, les tendons, les nerfs et les tissus conjonctifs. Il y a sûrement plus de becs, pattes, plumes que de belles viandes. 

Maïs : Céréale atypique, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Farine de maïs : La farine est faite à partir de la mouture de la totalité de la graine (amidon + germe + enveloppe du grain). C’est donc encore du maïs, d’un point de vue marketing, le fait de séparer maïs et farine de maïs évite de placer cet ingrédient au premier plan. Par ailleurs, c’est l’ingrédient principalement présent dans cette composition.

Graisses animales : C’est clairement du déchet agroalimentaire, ce n’est pas valorisé dans l’alimentation humaine, cependant c’est la source d’énergie chez le chien. C’est du bon recyclage, cela peut inclure la graisse d’oie, la suie de porc, mais également les graisses de poulet, bœuf ou d’autres non valorisées.
Le fait que la source est vague signifie qu’elle n’est pas identique dans chaque lot fabriqué. 

Blé : Céréales, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Riz : Céréales, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Protéines animales hydrolysées : Les protéines, c’est tout (et n’importe quoi) venant d’un animal. 
Le termes protéines, regroupent les muscles, les ligaments, les tendons, les nerfs et les tissus conjonctifs. Il y a sûrement plus de becs, pattes, plumes que de belles viandes. 
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Gluten de maïs : Encore du maïs, qui était déjà en tête de la liste des ingrédients, enfin un sous-produit du maïs plus précisément. Derrière ce terme, il ne résulte que les protéines du maïs (protéine végétale // carnivore ?) qui sont une très bonne source alimentaire pour le bétail, principalement les vaches laitières !
Ah oui, c’est aussi un bon herbicide biologique !

Pulpe de betterave déshydratée : Déchet de l’agroalimentaire des sucreries, très valorisée dans l’alimentation des animaux, prévue pour gonfler dans l’estomac.

Isolat de protéines végétales : En résumé c’est de la prot’ vegane. La source n’est pas précisée, il en existe plusieurs, plus ou moins saines. Je vais vous laisser lire cette page de Julien Venesson qui détaille bien les différentes, inoffensives ou dangereuses. Gardez en tête que ce ne sont sûrement pas les plus onéreuses qui sont utilisées.

Huile de poisson : Différent de un lot à l’autre sinon il serait mentionné. L’huile de poisson est bonne pour les chiens, mais certains poissons sont très chargés en métaux lourds.

Minéraux : Il faut les ajouter artificiellement car ils sont détruits lors de l’extrudation.

Lignocellulose : Composée de lignine, d’hémicellulose et de cellulose en proportions variables. Elle est très présente dans la paroi des cellules des végétaux, du bois et de la paille.
L’hémicellulose est un hétéropolysaccharide, un composant essentiel des parois végétales et du bois.
La cellulose est un glucide constitué d’une chaîne linéaire de molécules de D-glucose (entre 15 et 15 000). Ce biopolymère est le principal constituant de la paroi des cellules végétales, y compris du bois (lequel est caractérisé par ailleurs par une forte teneur en lignine).
Seuls les animaux herbivores digèrent la cellulose grâce à des enzymes fournis par des bactéries de leur flore intestinale et l’évacues en méthane. 
Peut être pourrons-nous transformer le fondement de nos chiens en usine de biocarburant ?

Huile de soja : Cette huile fréquemment utilisée pour la friture de restauration rapide ou dans la préparation des aliments transformés est déjà documentée comme facteur de risque accru d’obésité et de diabète. Cette étude de l’Université de Californie – Riverside montre que sa consommation régulière entraîne aussi des changements génétiques dans le cerveau et pourrait ainsi affecter le risque de troubles neurologiques comme l’autisme, la maladie d’Alzheimer, l’anxiété et la dépression. Des conclusions étayées dans la revue Endocrinology, avec des implications personnelles, l’importance du choix des acides gras, dans le régime alimentaire de base et considérables pour la santé publique. Utilisée comme huile de base du régime alimentaire, soit consommée régulièrement, elle est associée à une prise de poids accrue et au risque de diabète de type 2.
Source: Endocrinology 8 January 2020 DOI: 10.1210/endocr/bqz044
 Dysregulation of Hypothalamic Gene Expression and the Oxytocinergic System by Soybean Oil Diets in Male Mice

Levures et composants de levures : Une levure est un champignon unicellulaire apte à provoquer la fermentation des matières organiques animales ou végétales.
Alors de quoi ? Je pense que si cela était de la levure de bière, il n’y aurait pas de S, et elle serait clairement identifiée.

Huile de bourrache : Apporte des Omega 3, ils sont anti-inflammatoires, agissent en prévention des maladies cardio-vasculaires et auto-immunes, veillent au bon développement du cerveau et de la rétine.
Cependant c’est une huile qui ne supporte pas bien la cuisson (comme la majorité des végétales), n’oubliez pas le fonctionnement de l’extrudeuse.

Hydrolysat de crustacés (source de glucosamine) : Ajout nécessaire pour le bon fonctionnement et préservation des articulations; principalement ajouté chez les grandes races, cela est aussi bénéfique pour les autres.
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Farine de roses d’Inde (source de lutéine) : La lutéine est un des 600 caroténoïdes connus. On la trouve dans le jaune d’œuf, les légumes jaunes (maïs, carotte) ou à feuilles vertes (épinards, oseille) et des fleurs comestibles telles que l’œillet d’Inde (Tagetes). Son utilisation est principalement préventive de la cataracte.

Hydrolysat de cartilage (source de chondroïtine) : Ajout nécessaire pour le bon fonctionnement et préservation des articulations; principalement ajouté chez les grandes races, cela est aussi bénéfique pour les autres.
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Que pensez-vous de cette composition ? La trouvez-vous adaptée à un carnivore domestique ?

Hill’s Science Plan Adult Large poulet

Salut les PAWtos ! Voici une nouvelle Composition Décomposée, j’espère qu’elle vous fera réagir !

Source : Internet

Ingrédients :
maïs, blé, farine de poulet et de dinde, farine de graines de soja, graisses animales, hydrolysat de protéines, farine de gluten de maïs, huile végétale, pulpe de betterave déshydratée, minéraux, graines de lin, cartilage de porc (source de sulfate de chondroïtine), hydrolysat de crustacés (source de glucosamine).

Qu’est-ce que c’est ?

Maïs : Céréale atypique, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Blé : Céréales, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Farine de poulet et de dinde : D’une manière générale, la farine animale est un recyclage des déchets agro-alimentaire. C’est un mélange de viandes, os, abats, sang, viscères, plumes, becs, crêtes… Gardez en tête que c’est principalement du recyclage, et que la viande, les humains, la consomme. Ces carcasses sont hautement chauffées, séchées puis réduites en poudre pour donner une farine animale.
Si le produit fini apporte des protéines produites de manière peu coûteuses, la question d’apport protéinique de qualité demeure…

Farine de graines de soja : Je vous joins le cycle du soja chez Sojasun, vous comprendrez.

Graisses animales : C’est clairement du déchet agroalimentaire, ce n’est pas valorisé dans l’alimentation humaine, cependant c’est la source d’énergie chez le chien. C’est du bon recyclage, cela peut inclure la graisse d’oie, la suie de porc, mais également les graisses de poulet, bœuf ou d’autres non valorisées.
Le fait que la source est vague signifie qu’elle n’est pas identique dans chaque lot fabriqué. 

Hydrolysat de protéines : Les protéines, c’est tout (et n’importe quoi) venant d’un animal, mais aussi d’un végétal ! Si je rappelle que les végétaux sont aussi concernés, c’est parce que la source n’est pas précisée, et là ce n’est pas la même qualité alimentaire pour un carnivore.
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Farine de gluten de maïs : Encore du maïs, qui était déjà en tête de la liste des ingrédients, enfin un sous-produit du maïs plus précisément. Derrière ce terme, il ne résulte que les protéines du maïs (protéine végétale // carnivore ?) qui sont une très bonne source alimentaire pour le bétail, principalement les vaches laitières !
Ah oui, c’est aussi un bon herbicide biologique 😉

Huile végétale : La source n’est pas clairement identifiée, l’origine peut donc être différente d’un lot à un autre. Les huiles n’ont pas toutes la même qualité, ni même un intérêt pour certaines.

Pulpe de betterave déshydratée : Déchet de l’agroalimentaire des sucreries, très valorisée dans l’alimentation des animaux, prévue pour gonfler dans l’estomac.

Minéraux : Il faut les ajouter artificiellement car ils sont détruits lors de l’extrudation.

Graines de lin : Traite la constipation chronique, soulage les symptômes du syndrome de l’intestin irritable, mais parfois peut irriter d’avantage.

Cartilage de porc (source de sulfate de chondroïtine) : Ajout nécessaire pour le bon fonctionnement et préservation des articulations; principalement ajouté chez les grandes races, cela est aussi bénéfique pour les autres.

Hydrolysat de crustacés (source de glucosamine) : Ajout nécessaire pour le bon fonctionnement et préservation des articulations; principalement ajouté chez les grandes races, cela est aussi bénéfique pour les autres.
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Autrement, les deux derniers ingrédients se cuisinent très bien en bouillon d’os.

Que pensez-vous de cette composition ? La trouvez-vous adaptée à un carnivore domestique ?
Est-ce que la rubrique Composition Décomposée vous plait ?

OWNAT Classic Complet

Salut les PAWtos ! Voici une nouvelle Composition Décomposée, j’espère qu’elle vous fera réagir !

Source : Internet

Ingrédients :

Viande 32% (viande déshydratée 22%, poulet frais 10%), blé complet (18%), graisse de poulet, maïs complet (9%), orge complet (8%), petits pois entiers (5%), son de blé (5%), riz complet (5%), caroube (2%), pomme fraîche (1%), huile de saumon, graines de lin (1%), pulpe de betterave, fructo-oligosaccharides et mannane-oligosaccharides, levure de bière (0,5%), herbes botaniques 0,02% (fenouil, échinacée, thym), extrait de yucca schidigera.

Qu’est-ce que c’est ?

Viande 32% (viande déshydratée 22%, poulet frais 10%) : dans cette parenthèse, vous apprenez qu’il y a 22% de viande déshydratée (mais de quoi ?), ce qui correspond grosso modo aux protéines et 10% de poulet frais; c’est assez pimpant aux yeux de lire des ingrédients frais, mais voilà en réalité, les protéines contenues seront moindre une fois transformé. La viande fraîche de poulet est à 70% composée d’eau, contient environs 12% de graisse (lipides), et 18% de protéines. Après le passage à l’extrudeuse, il ne restera que 18% des 10% du poulet frais, autrement dit, pas grand chose.
Dans la composition finale, il y aura un total de 23,8% (un peu moins n’ayant pas compté les lipides) de viandes déshydratées, soit 8% de moins qu’annoncé.

Blé complet (18%) : Céréales, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Graisse de poulet : le gras est un fournisseur d’énergie chez le chien, la source est identifiée.

Maïs complet (9%) : Céréale atypique, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Orge complet (8%) : Céréales, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Petits pois entiers (5%) : Considéré comme un féculent par sa richesse en amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Son de blé (5%) : Le son est la couche externe dure du grain de blé, riche en nutriments et fibres.
Source condensée de fibres insolubles, il ajoute du volume aux selles et accélère le mouvement des selles dans le côlon.
C’est également une source de protéines végétales.
Le son de blé est un très bon complément mais garde-t-il ses bonnes propriétés après le passage à l’extrudeuse ?

Riz complet (5%) : Céréales, source d’amidon. La dégradation de l’amidon commence par l’action de l’amylase lors de l’effort de mastication; chose pour laquelle un carnivore n’est pas conçu.
En soit un aliment inutile, sauf pour donner une forme de croquette à la croquette !

Caroube (2%) : La pulpe jaune contenue dans les gousses est constituée de 40 % de sucres, de 35 % d’amidon, de 7 % de protéines. Les propriétés épaississantes de la pulpe sont liées à la présence d’un sucre appelé le galactomannane (= un polymère, c’est-a-dire un assemblage de sucres parfois utilisé pour remplacer l’amidon). Aide donc à donner une forme de croquette à la croquette.
Traditionnellement, la caroube est utilisée contre la diarrhée et le RGO (reflux gastro œsophagique).

Pomme fraîche (1%) : la pomme est pleine de bonnes choses, pectine, antioxydants, diminue le cholestérol, vitamine C, vitamine K ou encore manganèse. Mais quand elle est fraîche… que reste-t-il après l’extrudeuse ?

Huile de saumon : le gras est un fournisseur d’énergie chez le chien, la source est identifiée. L’huile de saumon apporte EPA et DHA ainsi que des oméga 3.

Graines de lin (1%) : Traite la constipation chronique, soulage les symptômes du syndrome de l’intestin irritable, mais parfois peut irriter d’avantage.

Pulpe de betterave : Déchet de l’agroalimentaire des sucreries, très valorisée dans l’alimentation des animaux, prévue pour gonfler dans l’estomac.

Fructo-oligosaccharides : Appelés également FOS, sont des fibres fermentescibles, elles préviennent des diarrhées infectieuses.
Plus d’informations : https://www.facco.fr/fos/

Mannane-oligosaccharides : Appelés MOS, sont des glucides non digestibles par l’animal. Actions préventives de la diarrhée.
Plus d’informations : https://www.facco.fr/mos/

Levure de bière (0,5%) : Stimule l’appétit, apporte des vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B5, B6 et B8).

Herbes botaniques 0,02% (fenouil, échinacée, thym) :
• le fenouil est riche en vitamine C et antioxydant, lutte contre l’aérophagie et les maux d’estomac.
• l’échinacée freine la prolifération des bactéries en stimulant le système immunitaire.
• le thym apporte antioxydant, fer, vitamine K et C.

Extrait de yucca schidigera : Soulage les crampes de douleurs abdominales, réputé pour être un nettoyeur de flore intestinale.

Je vous laisse le soins d’additionner les sucres complexes, afin de déterminer quel est le véritable ingrédient premier.

Que pensez-vous de cette composition ? La trouvez-vous adaptée à un carnivore domestique ?
Est-ce que la rubrique Composition Décomposée vous plait ?

Essentiel, by Nature Dog

Salut les Pawtes !
Mam’s tenait à remercier ceux qui lui envoie des personnes en mal de croquettes. Elle a, du reste, passé un petit coup d’gueule sur ma page à ce sujet.
En effet, la dernière personne avec qui j’ai perdue quelques heures de mon temps libre pour lui faire comprendre les ingrédients de son paquet, ne m’a même pas dit un simple merci, ni même répondu à la simple question : que pensez-vous de ce qu’il contient ?
Bah oui pour cela il aurait fallut lire ce que j’avais écrit sur la composition et la personne voulait juste une marque.
Cela, je le déplore fortement. Ce n’est pas la seule, c’est toujours le cas dès qu’il est suggéré de réfléchir.

Alors bon, autant que cela puisse servir aux autres, voici la seconde des compostions que j’avais détaillé pour cette personne.

ESSENTIEL, by Nature Dog

Source : Internet

Composition :

Protéines de volaille déshydratées (35%), riz (31%), graisses animales, riz soufflé, protéines animales hydrolysées, protéines de volaille hydrolysées, pulpe de betterave déshydratée, minéraux, protéines de poissons déshydratées, fibre végétale, inuline, huile de poisson, levure de bière, poudre d’oeufs, carottes déshydratées, pommes déshydratées, canneberges déshydratées, extrait de Yucca Schidigera.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Protéines de volaille déshydratées : À priori il n’y a qu’un type de volaille par lot de fabrication, mais d’un lot à un autre cela peut être du poulet, de la dinde, du canard, de l’oie et pourquoi pas de l’autruche 😉 
Le fait d’être déshydratée est que le poids ou % sera inchangé. Frais il y a une perte avec l’extrudeuse (de l’eau). 
Mais le soucis c’est que derrière le mot protéines, nous pensons souvent viande, qui aurait sa dénomination telle quelle si c’était principalement le cas. 
Le termes protéines, regroupent les muscles, les ligaments, les tendons, les nerfs et les tissus conjonctifs. Il y a sûrement plus de becs, pattes, plumes que de belles viandes. 

Riz : sucre complexe qui se digère par l’action de l’amylase lors de l’effort de mâche. (Un chien n’a pas d’amylase et ne mastique pas). La digestion sollicite d’avantage les organes suivants (le pancréas notamment), les fatigants plus vite.
Le riz, souvent recommandé, promet une croissance rapide. Le pic glycémique et la surcharge du pancréas sont cancérigènes et stimulent l’hormone de croissance.
Les Hydrates de Carbones sont mauvais pour les ligaments, « éclats de verre » dans les tissus, ligaments et articulations.

Graisses animales : C’est clairement du déchet agroalimentaire, ce n’est pas valorisé dans l’alimentation humaine, cependant c’est la source d’énergie chez le chien. C’est du bon recyclage, cela peut inclure la graisse d’oie, la suie de porc, mais également les graisses de poulet, bœuf ou d’autres non valorisées.
Le fait que la source est vague signifie qu’elle n’est pas identique dans chaque lot fabriqué. 

Riz soufflé : même chose que le riz, c’est une stratégie marketing pour déplacer l’ingrédient riz à deux endroits différents au lieu d’être en premier. Ce paquet a pour premier ingrédient le riz. C’est une stratégie commerciale pour faire oublier que le riz est en tête de la composition. Vous pouvez retrouver ces stratagèmes sur d’autres marques.

Protéines animales hydrolysées : Les protéines, comme dit plus haut, c’est tout (et n’importe quoi) venant d’un animal. 
Qu’est-ce que l’hydrolyse : Il existe deux procédés d’hydrolyse, enzymatique ou chimique qui est la moins coûteuse et la plus fréquente. C’est de l’hydrolyse chimique dont il faut se méfier. L’hydrolyse chimique est un procédé utilisant des températures élevées et des conditions de pH extrêmes. Ce procédé consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures ces déchets soit avec des acides tel que l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique afin de récupérer les peptides.
Le procédé n’est pas identifié, et le serait-il vraiment si vous leur posez la question ?

Protéines de volaille hydrolysées : même chose que précèdent mais avec des espèces à plumes. 

Pulpe de betterave déshydratée : Déchet de l’agroalimentaire des sucreries, prévue pour gonfler dans l’estomac. 

Minéraux : Il faut les ajouter artificiellement car ils sont détruits lors de l’extrudation. 

Protéines de poissons déshydratées : idem que celles de volaille tout en haut, mélange de poissons différents à chaque lot selon le prix du marché, principalement tête, nageoires, arêtes, peaux… 

Fibre végétale : Une fibre végétale est une expansion cellulaire filiforme et morte, principalement composée de cellulose, d’hémicelluloses, de lignines, et de pectines. Le bambou est le plus souvent utilisé mais d’autres sont possibles (le bois, la paille), comme cela n’est pas identifié.. 
La cellulose : Glucide constitué d’une chaîne linéaire de molécules de D-glucose (entre 15 et 15 000). Ce biopolymère est le principal constituant de la paroi des cellules végétales, y compris du bois (lequel est caractérisé par ailleurs par une forte teneur en lignine).
Seuls les animaux herbivores digèrent la cellulose grâce à des enzymes fournis par des bactéries de leur flore intestinale et l’évacues en méthane. 
Peut être pourrons-nous transformer le fondement de nos chiens en usine de biocarburant ?

Inuline : censé nourrir les bonnes bactéries de l’intestin. 

Huile de poisson : différent de un lot à l’autre sinon il serait mentionné. L’huile de poisson est bonne pour les chiens, mais certains poissons sont très chargés en métaux lourds. 

Poudre d’œufs : Impossible de mettre sous une autre forme, ce sont des œufs déshydratés. 
Mais là se pose aussi la question de la provenance, je penche pour des poules qui n’ont jamais vu le jour ni senties l’herbe sous leurs pattes (autrement le plein air serait placardé). 

Levure de bière : apport important des vitamines du groupe B, ainsi que des oligo-élements indispensables à une bonne santé générale du chien, et plus particulièrement à une bonne santé de la peau et du pelage.

Carottes déshydratées, pommes déshydratées, canneberges déshydratées : apport principalement des fibre, les vitamines seront détruites à la cuissons. 

Extrait de Yucca Schidigera : Soulage les crampes de douleurs abdominales, réputé pour être un nettoyeur de flore intestinale. 

Que pensez-vous de cette composition ? La trouvez-vous adaptée à un carnivore domestique ?
Est-ce que la rubrique Composition Décomposée vous plait ?

Brokaton Junior

Salut les Pawtes !
Mam’s tenait à remercier ceux qui lui envoie des personnes en mal de croquettes. Elle a, du reste, passé un petit coup d’gueule sur ma page à ce sujet.
En effet, la dernière personne avec qui j’ai perdue quelques heures de mon temps libre pour lui faire comprendre les ingrédients de son paquet, ne m’a même pas dit un simple merci, ni même répondu à la simple question : que pensez-vous de ce qu’il contient ?
Bah oui pour cela il aurait fallut lire ce que j’avais écrit sur la composition et la personne voulait juste une marque.
Cela, je le déplore fortement. Ce n’est pas la seule, c’est toujours le cas dès qu’il est suggéré de réfléchir.

Alors bon, autant que cela puisse servir aux autres, voici l’un des compostions que j’avais détaillé pour cette personne.

BROKATON Junior, pour chiot

Source : Internet

Ingrédients :

Céréales, Viandes, Huiles et graisses, Poisson et sousproduit de poisson, Substances minérales, Levures.

Qu’est ce que cela veut dire ?

Céréales : sans aucune précision, il faut savoir qu’ils sont alors variables d’un lot à un autre. 
Les céréales sont inutiles au chien, ils commencent leur dégradation de sucre complexe par l’action de l’amylase (le chien n’en a pas), lors de l’effort de mastication (le chien n’est pas conçut pour mâcher). Mis en premier, c’est aussi l’ingrédient principal. 

Viandes : sans aucune précision, il faut savoir qu’elles sont alors variables d’un lot à un autre. 
Très pratique pour déterminer les intolérances… 
À savoir que dans les croquettes il n’y a pas que les restent d’abattoir qui peuvent être dedans mais aussi les carcasses d’animaux morts (de quoi?) tant domestiques que sauvages. 

Huiles et graisses : la graisse animale est source d’énergie chez le chien. Il en faut, mais comme le reste elle est nullement identifiée, elles sont donc variables à chaque lot et peuvent tout aussi bien être l’huile recyclée de friture du Mac Do. 

Poissons et sous produits de poissons : toujours pas de sources stables et fiables. Il y a du poisson inconnu et des restes non valorisés comme les têtes ou l’intérieur du poisson, mais aussi simplement les écailles ou les arrêtes. 

Substances minérales : un impératif, la moindre petite bonne chose dans ce paquet a été détruite lors du procédé de fabrication (extrudeuse), il faut donc les rajouter artificiellement. 

Levures : de quoi ? Je pense que si cela était de la levure de bière, il n’y aurait pas de S, et elle serait clairement identifiée. 

Que pensez-vous de cette composition ? La trouvez-vous adaptée à un carnivore domestique ?

L’os de jambon Amigüitos

Salut les pawpains, il y a quelques jours mam’s est tombée sur un message d’un groupe concernant la consommation des os. Certaines réponses ont attiré sa curiosité et son envie d’écrire : les os de jambon.

Nous allons donc détailler un trouvé dans un magasin (où il restera jusqu’à ce que pourrissement s’en suive j’espère).
Déjà le packaging, sobre, épuré, plutôt moderne, les couleurs reflètent ce que dit les premières lettres : 100% NATURAL. En soit un os est effectivement naturel…

« Own Manufacturing Facilities » se traduit par « propres installations de fabrication », cela laisse sous-entendre que le produit est fait localement.
Après une recherche Google, effectivement la société produisant cet os de jambon porcin est bien installée. Elle se trouve proche d’une ferme porcine, de deux sociétés de PetFood, de plusieurs grossistes en viandes et de tanneries; il y a même des usines de plastique pour l’emballage et des sociétés de transport. La production est donc locale.

« Authentic Spanish Hambone » se traduit par « authentique os de jambon espagnol ». Il faut penser que le jambon ibérique est un met plutôt délicieux pour les humains, sa fabrication passe par un salage et un séchage. Nous l’avons entier (avec l’os), mais également tranché; que deviennent ces os ?

Les 3 premiers chiffres du code barre indiquent qu’il provient bien d’Espagne.
« Aliment complémentaire pour chiens 100% naturel / Peut former des éclats. Offrir sous surveillance.
Consignes d’alimentation : laisse toujours de l’eau douce disponible pour votre animal de compagnie / Conserver le produit stocker dans un endroit frais et sec / ne pas exposer directement au soleil.
Composition : os de jambon de porc. Composants analytiques : protéines brutes min 37%. matière grasse totale min 14%, Cendre max 30% »

Les cendres (en grand nombre) sont des résidus qui contiennent les sels minéraux, dont le sodium… (oh bien sur, tout une autre panoplie).
Le fabriquant est cependant dédouané en cas de problème, il stipule bien que le produit peut faire des éclats, et donc conduire votre chien en urgence vitale chez le vétérinaire.
Dans ce type de produit, vous ne pourrez que suggérez son histoire de fabrication, il faut pensez logique, nos déchets agro-alimentaires font souvent le bonheur de la PetFood Industry.

Pour rappel, un os doit être donné cru, charnu, adapté et non porteur.

Que pensez-vous alors de ce produit ?